La ronde

La ronde d'Arthur Schnitzler.

Création 2012

 

Mise en scène Constance Mathillon

Scénographie Elodie Quenouillère

Avec Amélie Esbelin, Grégory Cartelier, Théo Kerfridin, Cédric Veschambre.

 

 

Création et adaptation très librement inspirée de  La ronde d'Arthur Schnitzler.

Il s'agit d'un spectacle au cours duquel le spectateur vit une expérience unique.

Convié à un mariage, il prend part à la fête. Il chante, danse, boit, intervient quand il le souhaite. Comédiens et spectateurs se mêlent au sein de l'espace scénique. La fête se déroule jusqu'à ce que les secrets familiaux refassent surface et que les drames éclatent.

 

Le public assiste à une cérémonie. Il y prend part. Nous recréons une fête de mariage avec toutes les étapes traditionnelles et incontournables : les discours, le vin d’honneur, le bal, la jarretière, les animations. Le spectateur endosse alors le rôle d’invité au mariage. Il boit, danse... C’est dans cette ambiance festive que les drames de chaque personnage se révèlent. La soirée prend alors un autre tour. Les désirs, les perversions, les déceptions de chacun apparaissent au grand jour et la fête devient une tragédie.

La liberté d'action est tacitement établie dès le début du spectacle et quand les actes deviennent insupportables, le spectateur se cache derrière son statut. En créant un contexte de réalité, les règles du jeu sont établies et les barrières supprimées. Ceci entraîne alors une réflexion commune et individuelle sur l'inaction face à des évènements perçus comme tragiques. Dans la contemplation des tares humaines, le théâtre devient une caution.

Les scènes se suivent, s’entrecroisent, se superposent. Le rythme est effréné. Une valse qui donne le tournis avec parfois quelques suspensions, tout comme dans la vie, où nous évoluons dans l’urgence en ne nous accordant que quelques secondes de répit,  juste le temps d’un orgasme, pour repartir dans notre course contre le temps.